Victor Kravenchko est né en Ukraine en 1905. Il était membre des jeunesses communistes puis du parti bolchévik. Il devient ensuite capitaine de l’Armée rouge à l’issue de son service militaire, puis ingénieur et commissaire politique.

En 1944, alors qu’il est en mission aux États-Unis pour le gouvernement soviétique, il rompt avec ses compatriotes et se cache sous un faux nom dans un hôtel de New-York, demandant par la suite l’asile politique.

Il écrit son histoire dans un livre paru en 1946 sous le titre I Chose Freedom, traduit et publié dans plus 20 langues et sorti en France en 1947, sous le titre J’ai choisi la liberté, dans lequel il dénonce en 600 pages la collectivisation des terres et les camps de prisonniers (notamment les goulags où l’on enferme les déportés politiques et économiques).

Le parti communiste français est alors sollicité par l’URSS pour démolir Viktor Kravchenko par le canal de ses organes de presse.

Le 13 novembre 1947, Les Lettres françaises publient un article intitulé « Comment fut fabriqué Kravchenko », qui, pour le décrédibiliser, accuse celui-ci d’être traître à sa patrie, alcoolique, affabulateur, de « mœurs dissolues » et asservi aux services secrets américains. Victor Kravchenko riposte en attaquant l’hebdomadaire en diffamation. Le journal est prestigieux, un nombre d’intellectuels français de premier rang comme Paul Éluard, Jean-Paul Sartre et François Mauriac y ont écrit durant la seconde guerre mondiale.

L’hebdomadaire reçoit son assignation en diffamation le 12 février 1948. Victor Kravchenko est défendu par Me Georges Izard (1903-1973). Georges Izard était à la fois, avocat, académicien, résistant et fondateur de la revue Esprit. Il était accompagné dans sa tâche par ses confrères Gilbert Heiszmann et Alperovitch, dit Alpert, ancien prisonnier de guerre. Pendant les semaines du procès, Georges Izard essuiera les injures, les calomnies et les railleries. Il sera surnommé « l’avocat de Coca-Cola » parce qu’il a naguère plaidé pour cette société américaine.

Les Lettres Françaises eurent pour défenseur Me Joë Nordmann (1910-2005), ancien résistant, adhérent du Parti communiste français et défenseur inlassable des droits de l’homme. Dans les procès en diffamation, la règle est que la charge de la preuve incombe à la défense, qui doit justifier les termes employés à l’encontre du plaignant, ce à quoi s’emploieront Joë Nordmann et ses confrères Me Matarasso, Blumel et Bruguier.

Ce procès va durer plusieurs semaines à partir du 24 janvier 1949, dans une ambiance survoltée, le public se pressant pour assister à l’audience. Parmi les personnalités : André Gide, François Mauriac, Louis Aragon et Nina Berberova qui va faire un compte-rendu quotidien.

Le procès se tient exceptionnellement à la 10e chambre correctionnelle, la salle d’audience de la 17e chambre étant trop petite au vu de l’affluence du public (la 17e chambre correctionnelle est encore aujourd’hui celle où se jugent les affaires de presse) ; et plus d’un tiers des personnes désirant assister au procès ne pouvaient pénétrer dans la salle ! Quatorze cabines téléphoniques sont installées dans le palais de justice pour les correspondants de presse du monde entier. Le procès ne devait durer que 9 jours, mais se prolongera jusqu’au 22 mars après 25 audiences.

Le 4 avril 1949, le tribunal rend ses jugements correspondant à chacun des articles publiés dans Les Lettres Françaises. Les Lettres Françaises sont condamnées à 500.000 francs d’amende et 150.000 francs de dommages et intérêts.  Heiszmann et Izard se congratulent. Izard embrasse Kravchenko.

Les Lettres françaises font appel de la condamnation : la condamnation sera confirmée en février 1950, réduisant seulement les dommages et intérêts au franc symbolique.

Kravchenko_plaidoirie_Izard_BD

Kravchenko_plaidoirie_Nordman_BD